gaulois

Gaulois

Au temps des Gaulois existait déjà un chemin qui traversait le village. Il contournait la montagne de Reims, entrait dans l’Aisne près de Romain et traversait la rivière à Maizy. On pouvait encore y voir au XIXème siècle une borne militaire datant de l’Empereur Marc Aurèle. Cette voie s’avançait vers Jumigny, puis gravissait la colline et rejoignait le plateau. Elle entrait ensuite dans Laon par Ardon et filait vers Saint Quentin. Elle portait le nom de Chemin de Barbarie.

De très nombreuses routes sillonnaient déjà la région : 25 chemins antiques datant des Gaulois et 9 chaussés Romaines ont été répertoriées par Am. Piette en 1862.

Jumigny occupait donc une position intéressante par sa proximité avec le Chemin de Barbarie et la voie qui passait par Chaudardes, Oeuilly, Bourg-et-Comin et Vailly.

La situation du village donne cependant à penser que la vie n’y était pas de tout repos. Tout près, à quelques kilomètres à l’ouest, passait la frontière entre le peuple des Suessones et le pays des Laudinis auquel les habitants de Jumigny appartenaient. Connaissant les rivalités qui divisaient ces deux peuples, le calme de la campagne devait être souvent perturbé !

romain

Romain

Vivait alors un petit peuple querelleur…

… ce qui indisposa fort les Romains qui envahirent la région. A 12 km de Jumigny se déroula la grande bataille de Bibrax où Jules César fit lever le siège de la ville occupée par les Belges.

« En se retirant leurs enemis « restèrent » quelques temps à l’entour, dévastèrent la campagne, brûlèrent les bourgs et les maisons qui se trouvaient sur leur route. » (César, Guerre des Gaules)

Quant à nos alliés du Sud, certains s’établirent dans la région, ainsi que l’attestent les vestiges d’installations gallo-romaines de Cuiry. La douceur du climat leur permit d’implanter et de cultiver ce qui allait devenir la richesse de Jumigny : la vigne.

L’occupation romaine durera jusqu’en 406. Enfin, en 476 avec la prise de Rome, disparaît l’Empire romain d’Occident.