Au 16ème siècle les vignobles de Jumigny prospèrent. Le Terrier de 1666 nous apprend que le seigneur du village est Jean de Proissy (+ en 1677). Il est aussi seigneur de Neuville et de Vassogne et appartient au baillage du Vermandois. Il est marié à Guillemette (+ en 1684), haute et puissante dame d’Anglebermer de Laigny.

Ensemble, ils ont une fille : Nicole Françoise (+ en 1720), mariée à François de Halencourt, comte de Dromesnil, seigneur du dit-lieu de Neuville, Chermizy, Jumigny, Vassogne, Oulches et Baudeville. Il est né le 1er juillet 1642 et mourra le 28 février 1724. Cette seigneurerie mouvait de la Châtellerie de Montchalons, elle levait un droit de vinage et de rouage et chargeage des vins.

Durant cette seigneurerie, Jumigny aura pour Maires : M. Mymortier en 1666 et M. Brullart en 1699.

Un pressoir d'époqueToujours dans ce Terrier, nous découvrons que le village possède une cuve, qu’il est reconnu comme village terroir. Mademoiselle Bugnattre habite le château. Mathieu Detrézieuf est propriétaire de deux maisons. Jacques Lebrun et Yvan Démortier sont également propriétaires de meur maison à Jumigny. Plus de vint personnes ont déclaré leur vin cette année là. Parmi eux sont nommés François Vuaterbos (huissier) et Claude Tourtebatte (Conseiller du Roi)… certainement que le vin était bon !

D’après le livre « Les Vendangoirs du Laonnois », de nombreux propriétaires, nobles, chevaliers, huissiers, officiers, avocats, bourgeois, échevins… apparaissent en temps que propriétaires terriens. Mais le travail des vignes était assuré uniquement par le petit peuple. Comment vivaient tous ces gens ?

La triste vérité apparait dans le cahier des doléances de Jumigny :

revolutionrevolution1